Secteur Pastoral de Castillon-la-Bataille

Octobre 2015

EDITORIAL de l'Abbé Eric SCHIRK

Image preview 1

 

Chers amis,

 

Vous avez un nouveau curé ! Certes, ce n’est pas totalement un parfait inconnu. Vous avez pu le voir lors de célébrations l’an dernier.

Mais le connaissez-vous vraiment ? Dans le dernier journal Mr Faupin+ vous donnait quelques éléments de sa biographie ; Mais qu’est ce qui le fait vivre ? Qu’est-ce qui fait le fondement de sa personnalité ?

Sans faire une psychanalyse publique, je vais essayer de lever en partie le voile en vous partageant quelques citations et évènements qui sont, pour moi, comme un appui pour ma vie de foi et ma vie d’homme (donc ma vie d’homme de foi).

Je suis né le 30 août 1966 mais j’aurais du naître le 27… Ceci est, peut-être, la cause de ma prise de distance avec les horaires précis… Aux dires de ma mère, j’ai parlé très tôt : ceci explique sans doute la longueur de mes homélies que le froid de l’hiver rend encore plus longues !

La première fondatrice pour moi, me vient de ma grand-mère (que vous apprendrez à connaître…) Elle me disait : « il ne faut pas toujours dire ce que l’on pense, mais il faut toujours penser ce que l’on dit ». Je la traduit par « délicatesse et franchise » : deux attitudes qui me sont très chères.

 

Puis vient le temps de quelques études littéraires et une subite prise de passion pour la littérature classique et les fables de La Fontaine : « il tient pour nos défauts la poche de derrière et celle de devant pour les défauts d’autrui ». Ce que notre Seigneur avait déjà dit à travers l’image « de la paille dans l’œil de notre frère et de la poutre dans le notre » : une belle invitation à se remettre sans cesse en question et à être conscient de ses limites.

Puis vient le séminaire et la théologie, la découverte des pères de l’église ainsi que de Saint Thomas d’Aquin : « in medio stat virtus » (la vertu se tient au centre). Pas de politique là-dedans, mais une invitation à prendre que la vertu et la vérité ne se trouvent pas dans les positions extrémistes et fondamentalistes. Cette citation est devenue ma devise.

Mais la citation que je vous laisse en cadeau et que je désire vivre avec vous, est la suivante : « pour vous je suis prêtre et avec vous je suis chrétien ! »

Je suis très heureux d’être à votre service dans ce beau secteur de Castillon que j’aime déjà. Bien sûr vous m’appellerez « Monsieur le Curé, Père… » et, pour paraphraser le Seigneur « vraiment je le suis », mais n’oubliez pas que je suis chrétien avec vous, c’est-à-dire aussi votre frère.          

 

Voulez-vous m’aider à m’en souvenir ? Je compte sur vous et sur vos prières.

 

                                                                                                               Votre Curé